Les offres de télétravail en France avec du Logiciel Libre et opensource

Rédigé par Carl Chenet - -

Chez LinuxJobs.fr, nous avons été plusieurs fois sollicité au sujet du télétravail dans les annonces d'emplois que nous publions, via les réseaux sociaux comme le compte Twitter ou le compte Diaspora* de LinuxJobs.fr ,. Nous avons pensé qu'un tour d'horizon et qu'un point sur la situation du télétravail en France pour la communauté du Logiciel Libre et opensource répondraient à de nombreuses questions qui nous sont régulièrement posées (continuez, on adore ça :)

Les métiers de l'informatique sont, au contraire d'un bon nombre d'autres métiers, un domaine d'activité où l'organisation et les outils permettent le télétravail. Que l'on soit développeur, administrateur système ou chef de projet, l'ensemble des tâches journalières de notre métier peuvent être effectuées à distance.

Pour prendre le cas particulier de la communauté du Logiciel Libre et opensource, l'idée de la décentralisation a toujours été très présente dans la façon de travailler des différents acteurs de cette communauté. La façon de travailler a bien sûr évolué avec la capacité des outils à gérer la décentralisation, mais n'importe quel projet du Logiciel Libre impliquant plusieurs acteurs est en général un bon exemple de l'inutilité de la centralisation dans un projet logiciel.

Opposé au monde décentralisé du Logiciel Libre et opensource, le monde de l'entreprise s'avère très hiérarchique et centralisé en général.

Beaucoup de sociétés américaines ont aujourd'hui pris conscience du gain apporté par le fait de travailler à distance, que ce soit pour l'entreprise qui peut gérer ses locaux au mieux et assurer un travail quasi continu sur ses produits en choisissant des collaborateurs dans différents pays, comme pour le salarié qui peut trouver un emploi correspondant davantage à son style de vie, en économisant au passage les temps de transport. L'attrait de rester chez soi et d'être dans un environnement plus agréable que la moyenne des locaux d'entreprise est aussi un argument-massue.

En France, le télétravail entre en confrontation frontale avec le modèle traditionnel de la hiérarchie des entreprises. Fortement centralisée et hiérarchisée, souvent avec de nombreux paliers hiérarchiques, considérés par les pro-télétravail comme autant de freins à l'agilité, la méfiance est encore très forte envers la pratique du télétravail, que le management traditionnel considère comme un moyen pour le salarié ou le prestataire d'échapper à la surveillance de son chef.

Les offres de télétravail sont donc globalement rares dans les entreprises traditionnelles. Si c'est un critère décisif pour vous, il faut donc s'intéresser avant tout à des offres annonçant le télétravail dans le corps de l'annonce, car en général le recruteur sait lui aussi que cela va représenter un attrait important pour son annonce sur les sites d'emplois et les réseaux sociaux. Et attention aux promesses de télétravail dans un futur proche, elles ne se réalisent que très rarement.

Il en va très différemment pour les startups, qui profitent à fond des avantages offerts par le télétravail à l'employeur. Les startups sont également des grands utilisateurs du Logiciel Libre. Tout d'abord les économies réalisées grâce à la réduction de la tailles des locaux, voire leurs suppressions. La pratique du coworking et le fait de louer des salles de réunion de façon ponctuelle pour que toutes les personnes d'une startup se retrouvent régulièrement se sont fortement accélérés ces dernières années. Le deuxième effet fort pour l'employeur est d'utiliser l'argument du télétravail pendant la phase de recrutement. De plus en plus de personnes sont à la recherche de ce type de postes, les grandes entreprises le proposent peu, ce qui pemet aux startups de débaucher des talents grâce à la pratique du télétravail. Enfin les startups qui offrent un service en ligne continu peuvent recruter dans différents pays, afin d'assurer un roulement continu de leurs salariés pour s'assurer de la disponibilité du service, là où le cadre légal de l'astreinte est légalement très contraignant en France.

Quelques entreprises font figure de pionniers, comme 37signal (aujourd'hui Basecamp), créateurs du framework Ruby on Rails et auteur de l'outil d'organisation pour les entreprises Basecamp. Le fondateur de cette entreprise a écrit un livre considéré aujourd'hui comme un quasi manifeste pour le télétravail en entreprise : Remote. À lire absolument si vous êtes créateur d'entreprise intéressé par le télétravail.

Si vous recherchez un format de télé-travail beaucoup plus ponctuel, disons un jours par mois, la pratique est de plus en plus acceptée. Panne de réveil, pas envie d'affronter les transports en commun, beaucoup de chefs dans l'informatique sont de plus en plus coulants sur une utilisation très ponctuelle du télétravail servant leur intérêt (le salarié reste disponible alors qu'il se serait absenté avant). Si vous êtes intéressé par ce type de télétravail, il est donc nécessaire d'aborder le sujet au plus vite avec le recruteur ou votre futur responsable.

Pour conclure, les offres de télétravail dans le Logiciel Libre et opensource ne sont pas nombreuses aujourd'hui en France. La solution évolue lentement dans les entreprises traditionnelles, plus rapidement dans les startups qui poussent le mouvement, profitant à fond des différents avantages du télétravail pour l'employeur et l'employé, mais les autres entreprises restent attachées à leur modèle d'organisation historique, ce qu'on peut comprendre quand il a été jusqu'ici pour elles un succès. Si le télétravail est devenu pour vous un élément non-négociable, nous vous encourageons à explorer le tissu des startups qui se crée depuis quelques années. S'il s'agit pour vous d'un agrément que vous aimeriez bien pratiquer de temps à autre, il faut vous assurer de l'existence de cette pratique dès l'entretien d’embauche et ne pas vous fier aux promesses d'éventuelle mise-en-place "dans l'avenir" que l'on pourrait vous faire miroiter.

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

#1  - Olivier M. a dit :

Et que penser de l'argument - trop souvent entendu - comme quoi ça poserait un problème de sécurité de laisser les gens travailler en dehors de l'entreprise... alors que tout le monde sait pertinemment que les cadres emportent tous du travail à la maison le soir?

Mais, plus sérieusement, un motif que j'ai souvent vu comme refus au télétravail - et qui me semble très franco-français - c'est "si on te laisse télétravailler, il faudra qu'on laisse tout le monde le faire". J'ai du mal à comprendre, mais ça revient régulièrement.

#2  - A. a dit :

Dur dur de faire accepter le télé-travail à un patron.
Je bossais dans une start-up où c'est largement possible mais cela à toujours été refusé au motif de la cohésion du personnel et parce que "j'habitais pas loin".

Résultat des comptes, j'ai cherché à supprimer le patron dans mon travail. J'ai démissionné et je vais intégrer une CAE. La liberté à un prix et chacun peut faire ses choix.

#3  - Carl Chenet a dit :

@Olivier M. : il y a 15 ans peut-être ? :) avec les vpns aujourd'hui, quand même, c'est un drôle d'argument.

#4  - Carl Chenet a dit :

@ A.: oui, tu as cette solution :) mais pour avoir pratiqué un peu le travail en tant qu'indépendant, sur des missions à long terme, tu as également peu de télétravail.
Par contre si tu arrives à multiplier les petits clients, qui sont souvent des petites boîtes que le télétravail peut ne pas gêner, c'est pas mal.

#5  - Olivier M. a dit :

@Carl : oui, c'est curieux. Mais on (autorité territoriale) avait fait une consultation il y quelques (4-5 max) années, et c'est un peu ce qui ressortait en priorité côté employeurs. C'est - pour la sécurité en tous cas - clairement un prétexte bidon. Et je ne pense pas que ça ait vocation à être autre chose. En tous cas, ça est.

#6  - Carl Chenet a dit :

@ Olivier M. : les objections à des nouveautés ne sont pas toujours rationnelles, surtout dans le domaine humain de la hiérarchie et des méthodes de travail, merci pour ton retour en tout cas :)

#7  - Jogri97 a dit :

Si les grandes entreprises du secteur privé boudent le télétravail, il est d'actualité dans la Fonction publique depuis déjà un certain temps et en expérimentation dans la plupart des ministères, depuis 2015, avec un maximum de 2 jours par semaine "hors les murs"...C'est bon à connaître, d'autant qu'une circulaire du Premier ministre (avant Valls) invitent toutes les administrations à développer le recours aux logiciels libres...

#8  - Carl Chenet a dit :

@jogri97: apparemment tout n'est pas aussi rose que ça dans la fonction publique :)
http://zevillage.net/2016/03/teletravail-fonction-publique-pour-une-publication-rapide-des-textes-ministeriels/

Fil Rss des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.